Les différentes classes de pansements techniques.

Comment comprendre les différences classes de pansements techniques?

Il existe une multitude de pansement dans la plaie et cicatrisation. Les différents dispositifs médicaux se répartissent en différentes classes.

On pourrait dire qu’il y a autant de pansements qu’il existe de plaie tant le nombre de pansements est important.

C’est ce pourquoi une classification est en place pour nous y retrouver.

Les grandes classes des pansements :

Les hydrocellulaires

Pansement de nouvelle génération, composé de mousse de polyuréthane qui peut être adhésif ou non adhésif (Allevyn, Aquacel Foam, Biatain…)  Voire même siliconé en partie ou totalement sur la surface de ceux-ci (Mepilex, Advazorb pour les plus connus). Ils permettent une capacité d’absorption optimale tout en maintenant la plaie dans un milieu humide propice à une cicatrisation contrôlée.

Ce matériel médical est remboursé LPPR*

Les hydrocolloïdes

Ancêtre des pansements hydrocellulaires, ce sont les premiers pansements modernes issus des travaux du professeur Winter. Ce dernier a mis en avant que pour optimiser la cicatrisation, un milieu humide est nécessaire. C’est ce que cette classe de pansement a apporté tout en étant limité sur la capacité d’absorption et la colophane créant beaucoup d’allergie. (Duoderm, Compeed).

Ce matériel médical est remboursé LPPR*

Les tulles

Mailles plus ou moins serrées recouvertes de vaseline pour ne pas adhérer sur la plaie. Le rôle de la vaseline est d’empêcher le tulle de « cartonner » sur la plaie. La vaseline n’a aucun rôle dans la cicatrisation. De plus, il est possible de recouvrir de compresses. (Tulle gras, Jelonet…).

Ce matériel médical est remboursé LPPR*

Les interfaces

Les pansements dits « interfaces » sont une évolution des tulles. En effet la vaseline s’évaporant très vite, elle a été remplacée par de l’huile de paraffine, et les mailles ont été resserrées afin d’empêcher les bourgeons de cicatrisations de venir s’entrelacer. Les interfaces ont donc perdu en souplesse mais sèche beaucoup moins vite (Urgotul). La dernière génération d’interface est composée uniquement de silicone, permettant ainsi de retrouver de la souplesse mais aussi de ne pas sécher dans le temps. La matière silicone permet également un retrait atraumatique et indolore.

Ce matériel médical est remboursé LPPR*

Les pansements techniques à l’argent

Les pansements argentiques sont des pansements où des ions d’argent (ou bien du sulfate d’argent) a été ajouté pour être « relargué » sur la plaie. L’argent agit sur les bactéries, ce qui les stoppent dans leurs proliférations, détruit leurs parois et bloque la respiration de celles-ci. L’argent joue donc un rôle dans les plaies infectées mais ne remplacera jamais un antibiotique par voie orale.

Ces pansements peuvent être soit des hydrocellulaires, des interfaces, et parfois même, des pansements hyper absorbants.

(Mepilex AG, UrgoTul Ag)

Ce matériel médical est NON remboursé LPPR*

Les pansements techniques au charbon

Les pansements au charbon ont un rôle uniquement de confort, ils n’ont pas de pouvoir absorbant. Ils servent juste à contenir les odeurs.

En effet, le charbon est une molécule qui capte les odeurs c’est pour cela que nous l’utilisons dans les hottes de cuisine par exemple.

Ce matériel médical est NON remboursé LPPR*

Pour conclure, vous pouvez retrouver la plus grande partie de ces dispositifs médicaux sur notre site www.123medical.fr ainsi que tout le matériel médical nécessaire pour la réfection et le changement des pansements.

*Définition de LPPR :

Pour être remboursés, les dispositifs médicaux doivent être inscrits sur la Liste des Produits et Prestations Remboursables (LPPR) prévue à l’article L.165-1 du Code de la sécurité sociale.

Catégorie(s) : Actualités